attirer du trafic

5/8 - Attirer du trafic : 3 approches à privilégier

Dec 10, 2020

La série sur le business en ligne continue. Au cours des épisodes précédents, vous avez découvert 3 approches pour trouver une idée de business rentable, 3 autres pour vous démarquer de la concurrence et vous avez appris à créer un site Web optimisé pour la vente.

Si vous prenez le train en marche, je vous invite vivement à reprendre ce processus depuis le début. À moins que vous soyez là en touriste. Auquel cas, cliquez ici, faites ce Quiz et vivez une expérience unique.

Comment créer une audience durable

En introduction de cette série de podcasts, je vous ai expliqué pourquoi la stratégie de contenu était, à mon sens, la meilleure stratégie pour créer une audience autour de sa marque, son site… ou simplement sa personne.

Toutefois, vous aurez beau créer le meilleur contenu du monde, si personne n’en prend connaissance, les factures non payées risquent de s’accumuler sur votre bureau.

Attirer du trafic ciblé : 3 canaux à privilégier 

Il existe 1001 façons d’attirer des visiteurs ciblés vers votre site Web. Toutefois, lorsque vous faites vos premiers pas dans l’aventure entrepreneuriale, vous avez besoin de créer des fondations solides.

Si vous êtes dans cet état d’esprit, je vous invite à vous focaliser sur les 3 canaux suivants :

  • Attirer du trafic avec le SEO

  • Attirer du trafic avec l’Email marketing

  • Attirer du trafic avec le Social Media

 

Attirer du trafic avec le SEO

Le Titre : 

Le titre est l’élément le plus important d’une page. La plupart des experts sont d’avis que chaque page doit être optimisée pour un seul mot-clé. Et pour qu’une page soit assez bien optimisée, il faut que le mot-clé soit présent plusieurs fois (pas trop) et à des endroits stratégiques. 

Le titre de la page est l’un de ces endroits. Mais ce n’est pas tout. D’après plusieurs autres tests, il faut que le mot-clé ou l’expression sur laquelle vous souhaitez vous positionner soit présent dans les premiers mots du titre. 

Éventuellement le premier mot. Mais attention, ce n’est pas obligatoire. Il peut également être à la fin. Avant d’écrire pour les robots de Google, pensez aux utilisateurs. 

Meta description :

La méta description, c’est ce petit texte que l’internaute découvre dans les résultats de recherche, sous votre titre. 

La méta description n’influe pas sur le référencement en tant que tel, mais elle contribue à donner de la visibilité à votre page dans les résultats de recherche. 

En effet, les mots-clés tapés par les internautes apparaissent en gras dans les résultats de recherche, donc quand vous intégrez le mot-clé dans le titre et dans la méta description, cela attire l’œil de l’utilisateur. 

Autre chose dont nous reparlerons, il faut également veiller à y intégrer une accroche. Vous donnerez envie à l’internaute de cliquer sur votre lien. Je vais vous expliquer comment intégrer et optimiser la méta description.

Les URL

Le mot-clé doit également être présent dans l’URL, c’est très important. Gardez en tête que les URL les plus courtes sont celles qui fonctionnent le mieux en matière de référencement. 

De plus, elles ont plus de chances d’être copiées par d’autres blogs qui voudraient faire un lien vers votre article.

Veillez à ce que le mot-clé soit le plus proche possible de votre domaine. Ce n’est pas un facteur extrêmement déterminant pour le référencement, mais tout de même important. 

Enfin, utilisez toujours des tirets pour séparer les mots clés présents après la zone du domaine. 

À l’intérieur de votre article

Pour qu’une page soit bien optimisée sur le mot-clé en question, il faut que ce mot ou cette expression soient répétés plusieurs fois. Je ne pourrai pas vous dire vraiment combien de fois. Aucune étude sérieuse n’a pu démontrer le nombre de fois. 

Mais il existe une règle utilisée par beaucoup et qui semble porter ses fruits. Cette règle consiste à placer 1 mot-clé tous les 100 mots, mais jamais plus de 6 fois pour éviter la suroptimisation. 

De toute façon, l’outil que je vais vous présenter plus loin va vous permettre d’automatiser tout cela et surtout de vous donner une indication claire sur l’optimisation de vos pages et articles.

Attention tout de même à ne pas bombarder votre page de mots-clés, car cela peut avoir l’effet contraire. 

Cela peut vous rétrograder. Autre chose que je fais de temps à autre et qui donne de bons résultats : c’est tout simplement le fait d’utiliser des variantes du mot-clé ou de l’expression (synonyme par exemple ou variante textuelle). 

Enfin, il est également recommandé de mettre en gras au moins une fois votre mot-clé dans le contenu de votre article. 

Vous pouvez aussi utiliser le caractère italique qui a aussi une légère influence sur l’optimisation de la page. Chose importante : mettez votre mot-clé le plus haut possible dans votre contenu, surtout s’agissant de la première occurrence. 

En effet, les moteurs de recherche accordent une importance aux pages dont le mot-clé est rapidement cité dans le texte. Vous avez également les balises H1/H2/H3. 

Depuis les dernières mises à jour, il semblerait que la balise H1 sous Wordpress soit identique au titre que vous mettez sur la page, donc rien à faire de ce côté-là. 

Si ce n’est pas encore le cas, n’y touchons pas, car pour l’optimiser, il faudrait entrer dans le code. Nous allons éviter, si vous voyez ce que je veux dire. 

De toute façon, le titre fait déjà le boulot à ce niveau-là. H2/H3 Ce sont les sous-titres de vos articles. Je vous recommande d’utiliser au moins une fois le mot-clé dans l’un d’entre eux. Mais bon, si vous ne le faites pas, cela ne va pas avoir d’incidence particulière sur le référencement. 

Attributs Alt (Images) 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cet élément est très important pour le référencement. Vous devez donc, pour chaque image, remplir les champs « Alt » et « description » en y intégrant votre titre d’article et une description de celui-ci. Si vous êtes pressé, mettez simplement le titre dans la balise appelée « Alt ». 

C’est la plus importante ! Idem pour le nom de votre image : il faut qu’il intègre le mot-clé principal. 

Liens entrants Les liens entrants représentent au moins 60, voire 70 % du référencement. Plus vous avez de liens qui pointent vers une page et plus celle-ci est considérée par Google comme une page importante, et devinez quoi... plus cela améliore votre référencement. 

En résumé, si une page reçoit des liens, c’est qu’elle est intéressante pour l’utilisateur, et donc Google vous favorise.

N’oubliez jamais que le but de Google (et de tous les moteurs de recherche d’ailleurs) c’est avant tout d’offrir à l’internaute le contenu le plus pertinent en fonction de sa recherche. 

Ce qu’il faut bien comprendre c’est que les liens ont une valeur différente aux yeux de Google. Si j’insère un lien vers votre blog, cela aura beaucoup moins d’importance que si c’est Wikipédia qui en intègre un vers vous. 

D’ailleurs, si un jour vous obtenez un lien de Wikipédia, cela devrait booster votre référencement de manière significative. Pour résumer : plus le site qui place un lien vers le vôtre est populaire et ancien, mieux c’est. 

La popularité est déterminée par le nombre de liens qui pointent vers le site en question. Nous n’allons pas rentrer dans tous les détails techniques, mais si vous deviez choisir le site qui insèrerait un lien vers votre site, préférez toujours un site d’autorité à un site qui vient de naître. 

Bien évidemment, la plupart des liens sont bons à prendre, surtout au début. Nous verrons un peu plus loin comment avoir des liens entrants. 

Il existe quelques techniques, mais honnêtement, le meilleur moyen est de créer un excellent contenu, que les gens voudront partager. Ensuite, vous avez les liens internes. 

Ce sont les liens que vous tissez entre vos pages. Ces liens sont tout aussi importants pour le référencement. 

D’une part, ils comptent comme des liens entrants et peuvent vous aider à vous référencer sur un mot-clé peu ou pas concurrentiel en un rien de temps. J’ai ainsi pu me référencer sur des mots-clés de la longue traîne en 3 articles, avec les deux derniers pointant vers le premier. 

D’autre part, plus vous insérez des liens entre vos pages, et plus vous gardez les visiteurs sur votre site. Souvenez-vous que la moyenne de durée de visite est l’un des éléments importants du référencement également. 

Aussi, il ne suffit pas de placer des liens permettant de surfer d’une page à l’autre de votre site, il faut également que l’ancre soit optimisée sur le mot-clé en question. 

Ce que l’on appelle l’ancre, c’est le mot que vous devez ajouter lorsque vous voulez créer un lien. Attention tout de même à ne pas placer trop de liens internes dans une page. 

Google aime aussi que l’on redistribue quelques liens externes. Faites en sorte que ces liens pointent vers des sites à forte autorité, afin que Google vous considère comme un site sérieux. 

Attirer du trafic avec le Social Media

Est-il impératif d’utiliser les réseaux sociaux pour booster votre activité ?

Cette question revient assez régulièrement. Certaines personnes n’aiment pas les réseaux sociaux et d’autres trouvent que le temps passé dessus est une perte sèche. Je comprends tout à fait cet état d’esprit. 

Si vous me suivez depuis un certain temps, vous savez que j’ai été très critique à l’égard de Facebook et des autres réseaux sociaux.

Encore plus lorsque j’ai découvert les nombreuses études indiquant que certains des réseaux sociaux les plus importants rendaient malheureux. 

Vous trouverez plusieurs vidéos sur le sujet. Je comprends donc tout à fait le fait que certains entrepreneurs ne souhaitent pas rejoindre les réseaux sociaux ou les utiliser pour développer leur activité.  

Aujourd’hui et après avoir vécu l’arrivée et le développement de la plupart des grosses plateformes sociales, après les avoir utilisées pleinement en tant qu’utilisateur ou entrepreneur, j’ai compris quelque chose d’essentiel. 

Le monde a changé donnant ainsi aux relations virtuelles de plus en plus d’importance. À tel point que sur certains marchés ou chez certaines catégories de personnes, ce monde virtuel a pris plus de place que le monde réel. 

Les smartphones y ont contribué, les réseaux sociaux aussi. Les chiffres des personnes utilisant les réseaux sociaux augmentent chaque année. Au moment où je propose cette leçon, plus de 3,5 milliards de personnes dans le monde sont des utilisateurs des réseaux sociaux. 

En voyant ces chiffres et en comprenant que le monde ne ferait sans doute plus machine arrière, je me suis posé deux questions : La première en rapport à ma propre utilisation des réseaux sociaux. 

La seconde concerne mon acuité entrepreneuriale : 

« Comment puis-je rentabiliser le temps que je passe sur les réseaux sociaux ? » 

 

« Comment tirer partie de ce nouveau monde pour créer de la valeur avec mon public, attirer du trafic ciblé vers mes offres, et diffuser mon « Pourquoi puissant » 

La stratégie que j’ai décidé de mettre en place répond parfaitement à ces deux questions. 

Je vous la présente un peu plus loin dans cette vidéo. Maintenant, je pense que les réseaux sociaux sont un excellent outil pour votre entreprise. 

Mais vous n’êtes absolument pas obligé de les utiliser si vous ne le souhaitez pas, ou si cela va à l’encontre de vos valeurs, convictions ou croyances. 

Même si, vous vous amputez d’une force de frappe puissante, nous aborderons assez de sources de trafic ici pour que vous puissiez définir des alternatives.

Toutefois, aucune source de trafic n’est parfaite. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Gardez-le à l’esprit.

Pourquoi mettre en place une stratégie Social Media ? 

Tout d’abord, faisons le point sur les objectifs que les réseaux sociaux vous permettent d’atteindre.  

  • Augmenter la notoriété de la marque

  • Générez du trafic sur votre site Web

  • Générer de nouveaux contacts (prospection)

  • Augmenter le CA de votre entreprise (en augmentant les inscriptions ou les ventes)

  • Renforcer l’engagement de la marque

  • Construire une communauté autour de votre entreprise/marque

  • Fournir un service client social

  • Faire de la veille concurrentielle

Bien entendu, je vous invite à choisir les objectifs les plus prioritaires pour commencer. Peut-être deux ou trois. Sauf si vous avez une Team et une expérience entrepreneuriale plutôt riche.

Maintenant que vous connaissez les différents objectifs que les réseaux sociaux peuvent vous aider à atteindre et après en avoir choisi une poignée, vous pouvez commencer à travailler sur une stratégie. 

La stratégie, c’est la base ! Tout ce que vous faites doit faire partie d’une stratégie. 

Par où commencer pour créer une stratégie Social Media ?

Tout commence avec votre client idéal. Votre avatar client. Aujourd’hui, vous le connaissez mieux que personne. Peut-être même mieux que lui-même. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à revenir aux actions et exercices en question. En effet, vous avez besoin d’analyser plusieurs éléments comme :

  • Les données démographiques

  • Ses besoins, ses frustrations et ses problématiques 

  • Son processus décisionnel

Sa psychologie normalement, vous avez déjà la plupart des éléments de réponse. Sinon, répondez simplement aux questions suivantes : 

  • Pourquoi veulent-ils en savoir plus sur [votre niche/marché/solution/concept] ?

  • En quoi [votre niche/marché/solution/concept] est-elle importante pour eux ?

  • Comment aiment-ils apprendre ? (par exemple, vidéo, texte, audio, etc., et sur quel type d’appareil)

  • Quelles questions communes se posent-ils à propos de [votre niche/marché/solution/concept] ?

  • Quel est leur niveau de connaissances à propos de [votre niche/marché/solution/concept] ? 

Le choix des réseaux sociaux 

Je vous recommande de limiter le nombre de canaux pour éviter de vous perdre d’une part, mais également pour augmenter le potentiel de réussite. 

Choisissez 1 ou 2 (voir 3 maximum) réseaux sociaux sur lesquels concentrer tous vos efforts. N’ayez pas peur de manquer de trafic. Je vous assure qu’il y a suffisamment de trafic sur un seul réseau majeur pour développer la visibilité d’une entreprise. 

Vous obtiendrez de meilleurs résultats (et plus rapides) en investissant plus votre temps et vos efforts dans seulement quelques réseaux. 

Rappelez-vous ! La qualité plutôt que la quantité. Alors, quels réseaux devriez-vous choisir ? Vous devez trouver un réseau où votre public se trouve. Pour certaines niches, vous pouvez avoir plusieurs options. 

Dans tous les cas, choisissez un réseau le plus pertinent possible en fonction de là où se trouvent vos clients et ce que vous êtes prêt à faire, tout en restant cohérent avec votre image de marque. Exemples de segmentations : 

  • Segmentation par l’âge, le lieu… (autres données démographiques)

  • Par les intérêts

  • En fonction des concurrents

  • Selon l’utilité du réseau social  

Pour vous aider à faire le bon choix, voici un rapide état des lieux des principales raisons d’investir les principaux réseaux sociaux. Devriez-vous être sur Facebook ? 

Oui, si la concurrence ne vous dérange pas. Plus de 70 % des adultes en ligne utilisent activement Facebook. C’est de loin le réseau social le plus populaire. Si vos clients utilisent Internet, ils sont très probablement sur Facebook. 

Cependant, considérez qu’une grande popularité entraîne forcément une grande concurrence. Le fil d’actualité de vos clients contient de nombreuses sollicitations. 

Devriez-vous être sur Twitter ? Oui, si vous êtes intéressé par un public plutôt jeune et accroc à l’information d’actualité. Twitter est intéressant pour vous si vous cherchez à vous mettre en contact avec des journalistes, des médias ou des influenceurs. 

Devriez-vous être sur LinkedIn ? Oui, si vous ciblez les entreprises. C’est un outil excellent pour la prospection.  

Devriez-vous être sur Instagram ? Oui, si ce que vous vendez ou proposez peut-être mit en valeur à travers des belles photos. Oui, oui, oui si vous êtes dans le domaine du fitness, le luxe, les voyages, la nutrition…. 

Devriez-vous être sur Pinterest ? Oui, si votre contenu contient de grands et beaux visuels. Les entreprises qui s’adressent aux femmes ou aux créatifs trouvent leur bonheur sur Pinterest. 

Devriez-vous être sur YouTube ? Oui, si vous êtes capable de produire des vidéos de qualité de façon régulière et que votre produit ou service peut être expliqué, mis en valeur ou proposé en vidéo.  

Quels types de contenus ?

Nous avons commencé ce module par parler de la stratégie de contenu et ce n’est pas pour rien. Nous avons également parlé des différents formats ou types de contenus que vous pouviez partager. 

  • Articles de blog

  • Infographies 

  • Photos HD

  • Vidéos

  • Citations

  • Astuces rapides et tutos 

La seule règle est de privilégier la qualité avant la quantité. Pour le format, adaptez-vous à chaque plateforme et à son évolution.

Ce qui est vrai et bon aujourd’hui sur Facebook ne le sera peut-être plus demain. Par exemple, aujourd’hui ce sont les vidéos qui offrent les meilleurs résultats. 

Il y a 5 ans, c’était les photos. Une fois que vous avez choisi le réseau social et la fréquence de publication, informez-vous sur les bonnes pratiques et les évolutions des algorithmes continuellement. 

Vous trouverez des exemples de contenus adaptés aux plateformes que nous utilisons nous-mêmes, dans les pépites supplémentaires. 

Profitez-en ! 

Automatisation VS Direct

Imaginez ! 

Après un travail en profondeur, vous découvrez que l’un des meilleurs moments pour publier sur votre réseau social favori est 1 h du matin. 

Allez-vous vous lever tous les matins à 1 h du mat pour poster votre vidéo, image ou citation du soir ? 

Heureusement, il vous est possible d’automatiser la grande majorité du contenu que vous publiez sur les réseaux sociaux. Vous pouvez programmer vos posts les jours et aux heures que vous souhaitez. 

Presque tous les outils de programmation le permettent. Une fois le choix de la plateforme choisi, la stratégie rédactionnelle et la fréquence validées, il vous suffit simplement d’alimenter votre outil pour programmer votre présence sociale.

Les avantages : 

  • Un gain de temps énorme

  • Une visibilité constante

  • Un trafic régulier

 

Les inconvénients : 

  • Moins de portée 

  • Communication impersonnelle 

  • Une impression de déjà vu

 

Voilà ce que je vous recommande de faire : 

Selon moi au démarrage d’une entreprise, le temps devrait être investi dans la création d’un contenu à très forte valeur ajoutée et dans toutes les actions de générations de profit. 

Vous vous souvenez : le fameux temps productif. Il est donc important d’automatiser tout ce qui peut l’être. 

Toutefois, dans un monde de plus en plus virtuel et qui manque parfois cruellement de sincérité, les gens sont de plus en plus en quête de vraies relations sincères… même si elles restent virtuelles. 

Par conséquent, vous devez également proposer un contenu ou faire des apparitions qui démontrent que vous êtes là. Les lives et les stories sont de très bons exemples. 

Le ratio que je me suis fixé est 80 % de contenus publiés en automatique et 20 % en direct (à l’instante)

 

Attirer du trafic avec l’Email marketing

Commençons donc par la raison pour laquelle l’Email marketing est toujours un élément indispensable pour votre réussite sur internet. 

L’email marketing fait partie du trafic que vous contrôlez. Vous allez chercher vos clients là où ils passent déjà du temps : dans leur boîte de réception. 

Vous ne lancez pas une bouteille à la mer en espérant qu’un client un jour tombe dessus par hasard ? Lorsqu’il est bien utilisé, l’email permet de créer une conversation virtuelle, de façon automatisée. 

Il vous aide également à rester en contact avec vos clients et vous donne l’occasion de faire des offres. Il n’y a pas une seule entreprise en ligne prospère, rentable et durable que je connaisse qui n’utilise pas le mail comme un élément important de son marketing. 

 

Recommandations

J’utilise des emails simples, sans modèles graphiques, et j’essaie de faire comme si c’était un email personnel envoyé à un ami.

En fonction de l’objectif que je souhaite atteindre, mes emails sont plus ou moins longs. 

Si je veux attirer du trafic vers une page, une offre ou un contenu particulier, ils sont relativement courts. Lorsque je veux partager de la valeur ou transmettre un message, ils sont plutôt longs. 

Je ne passe pas une semaine sans communiquer avec mon audience. J’envoie au moins un email par semaine et plus lorsque je suis en période de lancement. 

J’ai testé plusieurs approches différentes sur plusieurs modèles économiques différents, mais ce qui fonctionne le mieux est le mail simple envoyé par une personne physique (nom et prénom). 

Bien entendu, si vous gérez une boutique en ligne ou une ONG, un modèle graphique bien désigné pourrait également permettre des résultats intéressants.

Toutefois, dans mon expérience personnelle, ce sont les mails simples qui ont le plus d’impact. Seules les expérimentations disent vrai. Testez et faites-vous votre idée. 

À quelle fréquence envoyer des newsletters ?

Nous avons déjà parlé de la fréquence. C’est à vous de décider. Toutefois, je vous invite à ne jamais laisser une semaine sans communiquer avec votre liste. 

Certains marketeurs prétendent qu’écrire tous les jours à sa liste de prospects… permet d’augmenter les interactions avec sa cible et par conséquent… ses chiffres. 

Vrai ? Faux ? 

Je ne sais pas. Je n’ai jamais testé sur le long terme. Tout ce que je peux vous dire avec la plus grande assurance, c’est que si le seul objectif de l’envoi d’un email est de générer plus de chiffres, vos chiffres seront plutôt en baisse.

L’intention est la clé de la réussite d’une belle relation. 

Maintenant, en ce qui concerne le jour de la semaine ou l’heure à laquelle vous devriez publier votre newsletter, voilà ce que je vous invite à faire. Pensez à votre client idéal. 

Notamment à sa situation pendant la semaine.

  • Comment est sa vie, en général ?

  • À quel moment vous disposez de son attention maximale ? 

  • À quelle heure de la semaine est-il disponible ?

     

Je me suis posé cette question aussi et j’ai commencé à regarder ce qui se faisait sur le marché. Certaines études indiquaient qu’il fallait publier les dimanches soir, d’autres que le meilleur moment était le mardi… 

Je ne suis pas fan de ces approches. Toutes les industries et les secteurs sont différents. Les publics sont différents. Une mère au foyer n’est pas forcément disponible au même moment qu’une salariée-cadre dans une entreprise privée. 

Chacune aura ses propres préférences et ses propres comportements. Et cette approche ne tient pas compte non plus de vous ou du moment où vous aimeriez poster votre message. Vous savez, créer une newsletter n’est pas facile. 

Ce n’est pas comme appuyer sur un bouton. Il faut un peu de préparation, un peu de mise en forme, de test… 

Prenons mon cas par exemple, lorsque mes newsletters sont préparées, elles donnent de bien meilleurs résultats que lorsque j’y passe quelques secondes. Je vous suggère donc d’expérimenter différents moments et jours de la semaine et de suivre vos propres taux d’ouverture et votre engagement. 

Les chiffres ne mentent pas. De cette façon, vous saurez à coup sûr ce qui fonctionne le mieux pour vous et votre public. 

 

Conclusion

Ces astuces n’ont rien de révolutionnaire en soi.

Toutefois, 90 % d’entre elles sont négligées par 90 % les porteurs de projet. Les mêmes porteurs de projets qui dégainent les « ça marche pas » aussi vite que leur ombre.

Dans le prochain épisode, nous parlerons d’offre irrésistible et comment augmenter la valeur perçue d’un produit, un service…

 

Contenu supplémentaires

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Cras sed sapien quam. Sed dapibus est id enim facilisis, at posuere turpis adipiscing. Quisque sit amet dui dui.

CALL TO ACTION

Stay connected with news and updates!

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.
Don't worry, your information will not be shared.

We hate SPAM. We will never sell your information, for any reason.